ACTUELLEMENT
EN KIOSQUES

N°51

GRAEME ALLWRIGHT S’EN EST ALLÉ

Graeme Allwright, chanteur-guitariste folk d’origine néo-zélandaise s’est éteint le 16 février à l’âge de 93 ans :« Il est mort dans la maison de retraite où il résidait depuis un an en région parisienne » a déclaré sa fille Jeanne Allwright.

Graeme avait adapté en français plusieurs chansons d’artistes folk emblématiques telles que « Sacrée bouteille »de Tom Paxton, « Jusqu’à la ceinture » de Pete Seeger, « Petites Boîtes » de Malvina Reynolds, « Qui a tué Davy Moore ? » de Bob Dylan, « Suzanne » de Leonard Cohen

Cet artiste humaniste au parcours hors normes avait débuté sa carrière comme acteur en Angleterre après la Seconde Guerre Mondiale, avant de s’installer en France en 1948 où il exerça une multitude de métiers (ouvrier agricole, apiculteur, machiniste et décorateur pour le théâtre, professeur d’anglais, maçon, plâtrier, vitrier…). Il finit par se lancer à 40 ans dans la musique avec un premier album en français en 1965 baptisé Le trimardeur, adapté de Pete Seeger. Ce « protest singer » à la française s’illustrera avec un répertoire contestataire, antimilitariste complètement en phase avec la jeunesse française de l’époque : « Il a beaucoup compté pour moi et pour la chanson française en général. Il a contribué à rendre la musique folk populaire en France », a confié au Parisien Maxime Le Forestier.

Effrayé par la gloire, il prendra ses distances avec le métier et entamera une série de voyages (Egypte, Ethiopie, Amérique du Sud, Inde…) mais ne pourra s’empêcher longtemps de renouer avec la guitare : « C’était un chanteur engagé pour la justice sociale, un chanteur un peu hippie en marge du show business qui a refusé des télés. Il a chanté jusqu’au bout, il a adoré être sur scène », a raconté l’un de ses fils Christophe Allwright.