ACTUELLEMENT
EN KIOSQUES

N°49

Joao Gilberto, le père de la bossa nova nous a quittés

Le chanteur, guitariste et compositeur Joao Gilberto, pionnier de la bossa nova, est décédé samedi 6 juillet à l’âge de 88 ans. Le Brésilien était célèbre pour son tube « The Girl from Ipanema », sorti en 1964, sur lequel on peut également entendre sa première femme Astrud Gilberto et le saxophoniste Stan Getz. Le titre, composé par Tom Jobim et Vinícius de Moraes, a ensuite été repris notamment par Frank Sinatra et Ella Fitzgerald. Autodidacte, Joao Gilberto découvre la musique lorsqu’il tient pour la première fois une guitare entre ses mains, à l’âge de 14 ans. Peu de temps après, « Joaozinho » quitte son village natal pour se rendre à Rio de Janeiro où il fera ses premiers enregistrements. En 1961, il a déjà sorti les albums Chega de Saudade, Love, A Smile and A Flower, et Joao Gilberto. Avec son style de jeu unique et ses influences jazz moderne, il crée le rythme syncopé qui définira la bossa nova, genre naissant de la fusion entre la samba et le jazz, et la fera connaître avec sa chanson « Bim-Bom ». Le public est sous le charme de sa voix chuchotante, des harmonies de Jobim et des paroles de Moraes. Le guitariste passe une grande partie des deux décennies suivantes à New York et travaille avec des jazzmen. C’est en 1964 qu’il sort l’album Getz/Gilberto, sur lequel se trouve l’iconique « Garota de Ipanema », dont il vend des millions d’exemplaires. Il remporte deux Grammy pendant sa carrière et connaît un grand succès malgré les années : en août 2008, les billets de ses concerts pour le 50e anniversaire de la bossa nova sont épuisés en moins d’une heure. Il ne se produira plus en public par la suite à cause de problèmes de santé. Le musicien a fini sa vie solitaire et ruiné, pris entre des conflits familiaux et des dettes. Le journaliste et spécialiste de la bossa nova Ruy Castro s’attriste de cette perte monumentale : « Il a réussi à créer un mythe autour de lui, en étant lui-même et en ne parlant même pas anglais. » Ne donnant que très peu d’interviews, il était connu de son quartier dans le sud de Rio comme « le génie reclus ». Seule sa musique demeure, dans laquelle nous pouvons apprécier l’essence même du guitariste et de la bossa nova.